Finalement, créer une sélection est vraiment un exercice qui me plaît beaucoup. Il me pousse à faire des recherches et à cultiver ma curiosité (déjà si gourmande). Aussi, quand la blogueuse, autrice et militante Cordélia a lancé la seconde édition du challenge de lecture LGBT+, j’ai fait chauffer mon clavier. Voici les ouvrages que je souhaite lire à l’occasion de ce rendez-vous de la toile.

rainbow challenge 2019 miniature

Le Rainbow Challenge, qu’est-ce donc ?

Il s’agit d’un rendez-vous littéraire organisé par Cordélia, mettant en avant la littérature LGBT+, sur n’importe quel support de lecture et de création littéraire (manga, roman, bd, essais…), du 1er février au 31 avril 2019. (Je suis légèrement en retard, mais vu que mes lectures ont déjà commencé : « déso pas déso »).

Vous pouvez retrouver toutes les directives et suggestions de Cordélia juste ici. Le gros plus de ce challenge : les bonus mis en place pour favoriser la diversité dans nos choix de lecture. Lire l’autre, se lire soi, pour mieux le comprendre.

D’ailleurs à ce propos, je ne saurais que trop vous recommander le blog « Planète Diversité » (qu’on ne présente sans doute plus pour les habitué.e.s), qui fait un travail de recensement et d’analyse titanesque concernant la nécessité de diversification du champs éditorial. Foncez vous inspirer de ces recommandations.

Voici donc les différentes catégories proposées lors de ce défi de lecture :

vignette des différents défis

 Et voici la sélection des ouvrages que je compte déjà lire pour valider les différentes catégories. 

La cinquième saison

La cinquième saison

  • Catégorie : je dirais, puisqu’il s’agit d’une science-fantasy : Au fond du placard
  • Autrice : N.K Jemisin
  • Traduit de l’anglais poar Michelle Charrier
  • Maison d’édition : j’ai lu

J’en entends tellement de bien. Ce qui ressort essentiellement, c’est qu’il s’agit d’un ouvrage SFFF qui se détache de beaucoup de carcans, qui agit comme un outsider. (Difficile de m’intriguer davantage, je l’avoue). J’émets de très grandes réserves sur cette lecture cela dit, n’étant pas très tolérante envers la violence gratuite ou le macabre érotisé. (Oui, j’ai eu des échos peu réjouissants également, je freine des quatre fers tout en étant ultra intriguée…, en gros : ça passe ou ça casse).

Ce qu’en dit la maison d’édition

La terre tremble si souvent sur votre monde que la civilisation y est menacée en permanence. Le pire s’est d’ailleurs déjà produit plus d’une fois : de grands cataclysmes ont détruit les plus fières cités et soumis la planète à des hivers terribles, d’interminables nuits auxquelles l’humanité n’a survécu que de justesse. Les gens comme vous, les orogènes, qui possédez le talent de dompter volcans et séismes, devraient être vénérés. Mais c’est tout l’inverse. Vous devez vous cacher, vous faire passer pour une autre. Jusqu’au jour où votre mari découvre la vérité, massacre de ses poings votre fils de trois ans et kidnappe votre fille. Vous allez les retrouver, et peu importe que le monde soit en train de partir en morceaux.

Tant qu'il le faudra

Tant qu'il le faudra

Poussée par la curiosité, que dire d'autre à part qu'un récit qui a pour objectif d'informer, éduquer, divertir et célébrer la diversité (à l'instar des personnages du récit) me semble parfaitement convenir pour cette catégorie ? Une évidence, nous sommes d'accord. J'espère pouvoir en lire un chapitre chaque matin, avant d'attaquer mes journées.

Présentation de l'oeuvre par Cordélia :

Iels ont entre 19 et 27 ans, habitent en région parisienne. Iels sont lesbiennes, gays, bi, pan, ace, trans ou non-binaires. Chacun de leur parcours est unique.
Iels se sont rassemblés pour travailler sur un magazine LGBT+. Leur but : informer, éduquer, divertir et célébrer leur diversité.
Durant une année scolaire, de la rentrée des associations à la Marche des Fiertés, vous êtes invité⋅e⋅s dans la vie de ces jeunes gens. Iels vont s'aimer et se détester, s'unir et s'opposer, se trahir et se soutenir.
Pourtant, chacun⋅e⋅s à leur façon, iels sont prêt⋅e⋅s à porter leur message, tant qu'il le faudra.

Thérèse et Isabelle

Thérèse et Isabelle

  • Catégorie : Triangle Rose
  • Autrice : Violette Leduc
  • Maison d’édition : Gallimard, folio

C’est en parcourant cet article fort intéressant du Magazine Littéraire, que j’ai découvert Violette Leduc et surtout que je me suis indignée face à la censure éditoriale que cette autrice a subi de la part de Gallimard, lors de la première, puis de la deuxième édition de son roman « Ravages », en 1955. Une version intégrale et complète fut enfin éditée en 2000 sous le titre de « Thérèse et Isabelle », toujours chez Gallimard. Il était temps ! Aussi, je place ce court roman dans la catégorie Triangle Rose, pour souligner ce que Violette Leduc caractérisait elle-même comme « un assassinat littéraire ».

Ce qu’en dit la maison d’édition

«Isabelle allongée sur la nuit enrubannait mes pieds, déroulait la bandelette du trouble. Les mains à plat sur le matelas, je faisais le même travail de charme qu’elle. Elle embrassait ce qu’elle avait caressé puis, de sa main légère, elle ébouriffait et époussetait avec le plumeau de la perversité. La pieuvre dans mes entrailles frémissait, Isabelle buvait au sein droit, au sein gauche. Je buvais avec elle, je m’allaitais de ténèbres quand sa bouche s’éloignait. Les doigts revenaient, encerclaient, soupesaient la tiédeur du sein, les doigts finissaient dans mon ventre en épaves hypocrites.»

Dans Thérèse et Isabelle, longtemps censuré, Violette Leduc tente de «rendre le plus minutieusement possible les sensations éprouvées dans l’amour physique». Voici des pages âpres et précieuses, d’une liberté de ton qu’aucune femme écrivain n’avait osé prendre en France avant elle.

La Fille dans l'écran

La Fille dans l'écran

Il faut dire que l’excellente interview réalisée par Sita (de la chaîne Sita Tout Court et disponible juste ici) ne me laisse que peu de choix : cette bande dessinée me manque déjà. J’ai hâte de pouvoir apprécier la collaboration de ces deux autrices/illustratrices !

Ce qu'en dit la maison d'édition

Coline vit en France et rêve de devenir illustratrice. Ses recherches d'inspiration la conduisent à contacter Marley, une photographe installée à Montréal.
De son côté, Marley a abandonné sa passion pour la photo pour se laisser porter par une vie sociale trépidante : un job alimentaire, un amoureux québécois...
Les deux jeunes femmes que tout oppose vont tisser sur internet un lien plus fort que la distance et le décalage horaire, qui va grandir de façon troublante jusqu'à la rencontre...

La sirène et la licorne

La sirène et la licorne

  • Catégorie : aucune idée. Je verrai à la lecture.
  • Autrice : Erin Mosta
  • Illustratrice : Diglee
  • Maison d’édition : Rageot

Parce que j’ai eu la chance de le gagner lors d’un concours organisé par Rageot, il traîne royalement dans mes étagères, en attendant le moment où, fatiguée, j’aurai besoin d’une lecture positive, pleine de douceur et d’espoir. Je suis persuadée que ce moment ne va pas tarder.

Ce qu’en dit la maison d’édition

La licorne, c’est Lili. 17 ans, cheveux longs couleur arc-en-ciel, ballerines pailletées. Elle est passionnée par les effets spéciaux et le maquillage au cinéma. Elle a été harcelée sur le Net par les élèves de sa classe. Pour oublier, elle quitte la banlieue parisienne et part en vacances chez sa tante près de l’océan. En apparence, tout va bien et elle assume. La réalité est moins facile.

La sirène, c’est Cris. Cheveux courts, baskets défoncées, vieux jean trop large. Passionnée de voile et de natation, elle est plus à l'aise sur l'océan qu'au milieu de la foule. En vacances dans la maison de vacances familiale, elle tente de guérir d’une blessure. Fragile en apparence, elle possède une vraie force intérieure.

Et vous, avez-vous prévu de participer ? Que compteriez-vous lire dans ce cas ? N'hésitez pas à rejoindre le challenge sur Instagram, les recommandations sont très nombreuses et ultra intéressantes.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © PikoBooks 2017